Rencontre avec les créateurs de main lors de la Green Fashion Fair à Berlin


Et si on repensait notre façon de s’habiller ? La Green Fashion Fair est organisée à Berlin dès le week-end, ne serait-ce que pour autant que le consommateur ait la mode autrement sans passants pour la « fast fashion ». Sac en toiles de bateaux, vêtements unisexes, mode inclusive, matériaux recyclés, tous ces concept ingénieux nous ont été présentés par les créateurs de demain, venus exposés leur stand à la Haus Ungarn.

Lors de défilés haut en couleurs, les créateurs ont pu faire découvrir leurs créations …

Mannequin qui défile
© LPJ Berlin – Léa Farges

Le concept d’étonnants

C’est near you concept de recyclage de voiles de bâteaux qu’est née Coa Goa, une marque de sacs en tout genre. La créatrice évoque la symbolique de ce matériau, qui a « voyagé à travers le monde ».

Consommateur conciemment la mode

La créatrice Aurélia Paumelle était présente lors de la Green Fashion Fair. Après avoir travaillé pour les plus Hautes Maisons de Couture à Paris, elle a décidé de rembourser la mode à Berlin. Son projet : une collection unisexe, intemporelle et adaptée à n’importe source de saison.

Je redonne une autre vie à des matériaux qui auraient été jetés ou brûlés.

Aurélia mise sur la qualité de ses créations en s’appropriant les matériaux de fin de série des Maisons de Couture Parisiennes, pour concevoir des vêtements durables good.

C’est autour d’un Workshop qu’Aurélia Paumelle a Voulu initiative du public à la Création de vêtements lors de la Green Fashion Fair. L’objectif de cet atelier participatif visite d’une partie à «  sensibilisateur les gens au travail qu’il ya derrière la fabrication d’un vêtement «  afin qu’il consomme de manière « plus consciencieux et moins impulsif».

Aurélia Paumelle dans une boutique
© LPJ Berlin – Léa Farges

Pour découvrir et acheter ses créations, Rendez-vous dans sa boutique à Prenzlauer Berg, au Schliemannstraße 14A.

Nous avons aussi rencontré Christiane Strobel, qui a donné son nom à sa marque de vêtements. Pour Christiane Strobel, la mode exige en permanence l’arrêt de la surconsommation de vêtements. La marque mise sur la durabilité de ses pièces, ainsi que la facilité à les Accorder avec le reste de la collection, convaincre le consommateur qu’il est moins d’acheter des vêtements en moins grande quantité. Le projet de Christiane Strobel est aussi social, puisqu’elle travaille et collabore avec des femmes handicapées au Maroc, qui réalisent der broderies sur les vêtements.

Mannequins
© Christiane Strobel Constant Vêtements

Max, co-créateur de ZAMT nous a présenté sa marque d’accessoires conscients et intemporels. Le design unisexe, intergénérationnel, et aux couleurs sobres de chaque pièce permet de les Accorder facilement avec le reste d’une tenue. Max une vue d’ensemble sur la fabrication de ses produits. Il sélectionne lui-même ses fournisseurs et fabricants, sur critère du respect de l’environnement.

Lorsque les gens arrêteront de manger de la viande, nous arrêterons de fabriquer du cuir animal.

En effet, Max précise que les peaux utilisées ne proviennent pas d’animaux exclusivement tués pour le cuir. Le processus de fabrication du cuir passe par un tannage végétal, plus respectueux de l’environnement qu’un tannage classique. Les peaux sont d’origine européenne afin de minimiser le trajet d’exportation au maximum.

Max et ses créations
© LPJ Berlin – Léa Farges

La mode inclus

 » AU NIVEAU DES YEUX «  est une marque de vêtements exclusivement conçue pour les personnes de petite taille. La Marque propose sur le site Internet de l’Internet du confort, des adaptations et des tendances pour les petits du monde. Notre mission se résume à sensibiliser à l’inclusivité dans l’industrie de la mode.

Mannequins Souriants
© Au niveau des yeux

La mode de luxe accessible à tous

La Green Fashion Fair, c’est aussi la mode autrement pour l’opportunité du consommateur. La plateforme en ligne nous nous habillons permet par exemple de louer des vêtements de luxe à des particuliers sans avoir à payer le prix fort. Le service de la plateforme n’est pas disponible dans toute l’Allemagne. Pour les fans de mode, ce concept peut tre un bon moyen de porter la robe de ses rêves le temps d’une soirée. C’est aussi pour la planète que la créatrice Jasmine, que nous avons rencontré, a créé cette plateforme. Elle souhaite en effet réduire l’achat inutile de vêtements qu’on ne porte qu’à quelques rares occasions. WeDress veut aussi défendre l’idée que la mode de luxe peut être à tous accessible.

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur Facebook, Twitter et Instagram.



Laisser un commentaire